Recrutement Intégral

Accueil » 2013 » janvier

Monthly Archives: janvier 2013

Vous avez le droit à l’erreur

À nous entendre collectivement, on dirait que tout le monde court, que chacun travaille trop… Est-il possible de sortir de ce cercle vicieux? Je n’ai aucun doute : pour satisfaire les attentes de votre employeur et de vos clients, vous investissez le temps et l’énergie nécessaire. Cependant, pour y arriver, devez-vous renoncer à autre chose pour y arriver? Est-ce une soirée entre amis, une fin de semaine en famille ou bien votre entraînement quotidien?

En faisant le bilan, si vous vous apercevez que plusieurs causes sont responsables de l’écart entre le but fixé et celui réellement atteint, vous serez rassuré – avec raison. Par exemple, vos objectifs étaient trop agressifs, vous avez manqué d’organisation personnelle, la structure interne de l’entreprise ne vous donne pas la marge de manœuvre nécessaire pour y parvenir, etc. Toutes ces raisons sont effectivement justifiables et justifiées. Cependant, j’aimerais ajouter un élément à valider lors d’un exercice de bilan.

Acceptez de faire des erreurs

D’ailleurs, je me souviens qu’à 15 ans, alors que je passais une première entrevue pour les restaurants McDonald’s, on m’avait posé la fameuse question : « Quel est votre point faible? » J’avais répondu du tact au tact ce que la plupart des candidats répondaient à cette époque : « Je suis perfectionniste! ». C’était il y a déjà plus de vingt ans… Aujourd’hui, les gens se sont quelque peu raffinés dans leur préparation aux entrevues et à cette question, ils répondent plutôt qu’ils ont le souci du détail ou qu’ils sont pointilleux et minutieux.

Cherchez l’équilibre, pas la perfection

La formule a peut-être changé, mais le problème demeure entier : quand on cherche la perfection, on ne récolte pas nécessairement les meilleurs résultats. C’est pourquoi, par moments, même si tout concorde, nous ne sommes pas en mesure d’atteindre les résultats escomptés.

Réfléchissez. Combien de temps passez-vous au travail (la réflexion peut aussi s’appliquer à notre vie personnelle) à trouver la solution parfaite, à l’énoncé parfait, au client parfait ? Votre temps est-il bien équilibré? Je vous invite à profiter du début d’année pour évaluer spécifiquement et globalement vos activités. Songez à employer judicieusement les heures dont vous disposez afin d’être le plus efficace possible sans avoir besoin de « tourner les coins ronds ». Bonne réflexion!

Publicités

Dur, dur, le retour au boulot?

Avant toute chose, laissez-moi vous souhaiter à toutes et à tous une très belle année 2013 : qu’elle soit riche en aventures et remplie de santé, de joie et de jolies douceurs. J’en profite aussi pour remercier tous les lecteurs qui, intéressés par les sujets traités dans mes chroniques, ont bien voulu les commenter et partager leurs idées.

Besoin d’un changement?

Comment s’amorce la nouvelle année de travail pour vous? Malgré les nombreuses prédictions annonçant la fin du monde en décembre dernier, force est d’admettre que nous sommes toujours bien en vie… et, par surcroît, de retour au boulot! J’y ai souvent fait référence dans mes chroniques; je crois que les pauses sont propices à la réflexion. Alors, comptez-vous prendre des résolutions? Elles peuvent être audacieuses, réalistes ou loufoques et utopiques… À vous de déterminer ce qui vous motive le plus pour amorcer le changement.

Si un aspect de votre travail vous mine, rappelez-vous qu’il n’est pas suffisant de « souhaiter » le changement… J’insiste sur ce point, car nous avons parfois la fâcheuse habitude de ramener les sujets délicats à la maison, plutôt que de les aborder au travail. En conséquence, nos proches sont souvent plus au courant de nos inconforts que nos employeurs. Nul besoin de faire un cours de psychologie pour comprendre pourquoi il en est ainsi : agir exige du courage. Mais l’inaction n’est pas plus facile à soutenir, car la personne qui risque d’en souffrir le plus, c’est nous.

Privilégiez les solutions

Donc, pourquoi ne pas profiter du début d’année pour entamer une bonne discussion avec vos pairs ou votre patron. Mais avant de le faire, réfléchissez aux solutions possibles pour remédier au statu quo afin d’orienter positivement la conversation. Qui pourrait participer au changement? Quelles responsabilités seriez-vous prêts à assumer? Avec du tact et de diplomatie, tout peut se dire. Alors, on passe à l’action?

%d blogueurs aiment cette page :